Home Actualités En chine, les adolescents n’ont plus droit qu’à 40 minutes de TikTok...

En chine, les adolescents n’ont plus droit qu’à 40 minutes de TikTok par jour

6
0

En chine, les adolescents n’ont plus droit qu’à 40 minutes de TikTok par jour

Sous la pression de Pékin, ByteDance a décidé de limiter l’accès à Douyin, la version chinoise de TikTok, pour les adolescents de moins de 14 ans. Il leur mettra en avant des contenus éducatifs.

Le temps d’écran des enfants et des adolescents est devenu, sous l’impulsion de Pékin, un sujet de premier plan en Chine. Fin août, les éditeurs de jeux vidéo ont été contraints par l’administration de limiter le temps de jeu des moins de 18 ans à trois heures par semaine, concentrées sur le week-end. Sentant venir le vent de la régulation sur les autres loisirs connectés de la jeunesse chinoise, ByteDance a décidé de prendre les devants.

ByteDance a ainsi annoncé que les moins de 14 ans ne pourront désormais utiliser Douyin, l’alter ego chinois de TikTok, que 40 minutes maximum par jour. Pour préserver le temps de sommeil des adolescents, l’accès au service leur sera bloqué entre 22 heures et 6 heures du matin.

Les ados verront des vidéos éducatives

Officiellement, ces mesures ont été mises en place pour protéger les adolescents de l’addiction aux écrans et de l’exposition à des contenus préjudiciables. ByteDance va donc pousser devant les yeux des collégiens des vidéos éducatives comme «des expériences de vulgarisation scientifique, des visites de musées, la découverte des paysages du pays, des vidéos pédagogiques sur l’histoire… nous espérons que ces contenus pourront éveiller l’intérêt des enfants et qu’ils y apprendront des choses», écrit ByteDance dans un communiqué. «Oui, nous devenons plus stricts avec les adolescents. Mais nous allons travailler plus dur pour fournir un contenu de haute qualité afin que les jeunes puissent apprendre et découvrir le monde sur Douyin.»

Douyin permettait déjà aux parents d’adolescents de limiter le temps d’accès à l’application. Ce «Mode Jeune» devient désormais obligatoire et il est impossible d’y déroger. Il faut toutefois que le collégien soit connecté à Douyin sous son identité réelle. ByteDance n’indique pas comment il entend débusquer les petits malins qui iront sur Douyin avec les codes de connexion d’un frère ou d’une cousine complices. Les éditeurs de jeux vidéo, eux, sont contraints d’utiliser la reconnaissance faciale pour s’assurer que la personne derrière l’écran du smartphone est bien majeure.

Moraliser les loisirs de la jeunesse

Ces nouvelles règles entrent en application alors que le secteur de la tech est dans le viseur du pouvoir central. Une pluie de nouvelles réglementations s’abat depuis quelques mois sur les acteurs de cette industrie, qui a pu se développer à grande vitesse sans réel contrôle. Pékin entend mettre fin à des excès, qu’il s’agisse de pratiques anticoncurrentielles ou des conditions de travail difficile des livreurs de repas à domicile.

Dans le même temps, le pouvoir chinois a mis un coup d’arrêt au très lucratif secteur privé des cours du soir, afin de protéger les écoliers du bachotage mais aussi de libérer les parents d’un lourd poids financier – et ainsi les inciter à faire plus d’enfants. Ce mouvement s’accompagne de la volonté de «moraliser» les loisirs de la jeunesse.

 

Cela passe donc par la réduction du temps consacré aux jeux vidéo, mais aussi par la volonté de mettre à bas le culte des célébrités. Sont notamment ciblés les «influenceurs vulgaires», les pop stars efféminées, et les personnalités qui ont «perdu toute moralité». Les télévisions chinoises sont incitées à diffuser à la place des programmes culturels. En poussant des vidéos éducatives auprès des moins de 14 ans plutôt que des facéties de jeunes influenceurs, ByteDance fait comprendre qu’il a parfaitement assimilé les nouvelles priorités du pouvoir.

Source : Le Figaro