Home Actualités MALADIES OCULAIRES : 15 000 à 18 000 cas de cataracte enregistrés...

MALADIES OCULAIRES : 15 000 à 18 000 cas de cataracte enregistrés chaque année au Sénégal

0
0

MALADIES OCULAIRES : 15 000 à 18 000 cas de cataracte enregistrés chaque année au Sénégal

Même si les chiffres détenus au Sénégal concernant les malvoyants et personnes naissant avec un
handicap (550 000) sont obsolètes, les maladies oculaires occupent toujours une bonne place. Ces trois dernières années, 15 000 à 18 000 cas de cataracte sont enregistrés dans les services de soins oculaires.

Les maladies oculaires, comme la cécité, engendrent une certaine forme d’inactivité, parce que quand on est aveugle, dans un pays comme le nôtre, malheureusement, on n’est plus productif et pourtant, on continue de consommer. C’est-à-dire que vous êtes à la charge de la communauté.

Au Sénégal, même si les chiffres liés à ces maladies sont obsolètes car datant de plus de trois décennies (entre 166 000 et 550 000 malvoyants), lesdites maladies oculaires prennent de l’ampleur.

Selon Dr Mouctar Dieng Badiane, ophtalmologue et coordonnateur du Programme national de la santé oculaire : «ces trois dernières années, nous avons recensé 15 000 à 18 000 cas de cataracte dans les services de soins oculaires, même si ces chiffres ne sont
exhaustifs». Parmi ces chiffres, précise-t-il, «ne figurent
pas ceux recensés au niveau du privé». D’après lui, les
maladies cécitantes qui sont dominées par la cataracte
et le trachome «sont bien prises en charge dans ce
pays», grâce notamment à l’appui des partenaires.
Concernant la prise en charge du trachome notamment
la forme cécitante, «nous avons enregistré avec l’Ong
Sightsaver qui est notre partenaire, une quarantaine de
patients qui doivent être pris en charge entre 2021 et
2023», a-t-il déclaré.

Le coordonnateur du Programme national de promotion de la santé oculaire s’exprimait hier lors de la validation du Plan stratégique national de promotion de la santé oculaire 2021-2025. Le document dudit Plan stratégique, selon lui, «va nous montrer les lignes à suivre pour les cinq années à venir». «Le but principal de cet atelier, c’est de déterminer le poids de la société et des causes de déficience des yeux, mais aussi le renforcement des offres de soins oculaires», ajoute-t-il.

Ce dernier regrette par ailleurs le fait que la recherche dans la santé oculaire n’est pas aussi développée au Sénégal. «Raison pour laquelle nous allons essayer de développer ce domaine», a-t-il fait savoir, avant de poursuivre : «avec la Ligue islamique, nous avons d’importants projets qui sont mis en place pour
prendre en charge ces populations lors des campagnes, mais surtout dans la routine, c’est-à-dire tous les jours au niveau des services, des unités de soins qui sont dans les différents centres de santé mais aussi dans les hôpitaux».

Il a souligné aussi qu’un budget global de 6,997
milliards F Cfa est en train d’être mobilisé avec l’aide
des entreprises locales et des collectivités territoriales
pour mieux lutter contre ces maladies oculaires.

Pour le Dr Ibrahima Aw, coordonnateur national de
Sightsaver, l’atelier est le résultat de plusieurs choses
qui entrent dans le cadre de la santé notamment le
volet de la bonne gouvernance. «Il permet à tous les
acteurs qui interviennent dans le domaine de la santé
oculaire d’avoir un document d’orientation, de
plaidoyer, mais également de planification», a-t-il
déclaré.

Par D. NIASSY