Home Afrique POUR STIMULER LES TRANSACTIONS ENTRE LES BOURSES AFRICAINES : Bientôt la...

POUR STIMULER LES TRANSACTIONS ENTRE LES BOURSES AFRICAINES : Bientôt la mise sur pied d’une plateforme de cotation

18
0

Les possibilités de transactions transfrontalières d’une bourse africaine à une autre franchissent un nouveau pas, après que l’Association africaine des bourses de valeurs (Asea) ait signé un contrat pour se doter d’une plateforme de cotation. Sept places boursières africaines travaillent ensemble dans la mise en œuvre du projet d’interconnexion des bourses africaines (Aelp) pour stimuler les flux d’investissement et apporter plus de liquidités aux marchés africains.

D’après le communiqué, le contrat porte sur la conception et le déploiement de la plateforme technologique Aelp Link pour le routage des ordres de bourses et les confirmations de transactions entre les courtiers des sept bourses participant à la phase pilote de l’Aelp.

« Le fournisseur retenu est DirectFn, une société informatique de renommée mondiale expérimentée dans les solutions de marchés financiers à travers le Moyen-Orient et de nombreux marchés émergents et frontières, qui a été retenu à l’issue d’un processus d’appel d’offres concurrentiel qui a attiré les candidatures de fournisseurs internationaux de premier plan de 18 pays », explique-t-on dans le document.

Toujours d’après la source, L’Aelp est une initiative conjointe de l’Asea et de la Banque Africaine de Développement (Bad) visant à stimuler les flux d’investissement panafricains, à promouvoir les innovations qui soutiennent la diversification pour les investisseurs et à adresser la problématique de la profondeur et de la liquidité des marchés. Il est financé grâce à une subvention du Fonds Fiduciaire de la Coopération Économique Corée-Afrique (Koafec) géré par la Banque Africaine de Développement.

« Les ordres des investisseurs sur un marché seront acheminés par un courtier national via la plateforme Aelp vers un courtier sur le marché étranger où le titre est coté pour leur exécution sur ce marché. Les titres cotés accessibles via le lien Aelp comprennent tous les titres disponibles pour les investisseurs transfrontaliers », renseigne le document.

Les investissements en actions disponibles comprennent les entreprises les plus prometteuses et les plus rentables d’Afrique ainsi que certains leaders mondiaux parmi plus de 1 050 entreprises cotées. Les investisseurs achèteront ou vendront également des obligations d’entreprise et d’État, des fonds indiciels (Etfs) et des produits dérivés lorsque ceux-ci sont cotés sur les bourses participantes et que le courtier parrain en fournit l’accès.

D’après la source, les bourses membres du projet Aelp sont : la Bourse de Casablanca, la Bourse d’Egypte, la Bourse de Johannesburg, la Bourse des valeurs mobilières de Nairobi, la Bourse nigériane, la Bourse de Maurice et la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm).

Le Dr Félix Edoh Kossi Amenounve, Président de l’Asea et Directeur Général de la Brvm, a déclaré : « Nous sommes ravis de ce grand pas vers la libre circulation des investissements à travers l’Afrique et la libre circulation des capitaux. Notre objectif est d’ouvrir de nouvelles opportunités pour les investisseurs individuels et institutionnels afin d’investir de manière productive dans la croissance de l’Afrique. Les bourses continuent d’aider les entreprises et les gouvernements africains à lever des capitaux à long terme pour la création d’emplois, la croissance des entreprises, les infrastructures et le développement ».

Dr Walid Al Ballaa , Directeur général de DirectFn, a déclaré: «Avec une technologie innovante et un accent pour apporter la maturité numérique dans l’établissement de relations numériques grâce à la création de la plate-forme technologique Aelp-Link, DirectFn se sent tout aussi enthousiaste à l’idée d’aider concrètement à atteindre les objectifs des bourses africaines participantes et de permettre à l’écosystème africain des marchés de capitaux de créer numériquement un impact positif sur l’économie globale».